Erreur

Créer un PDF Recommander Imprimer

Actualités

Evolution de la gouvernance et de cogestion au PNBA à travers l’organisation des Catégories Socio-professionnelles

  • Created
    Dimanche, 22 Septembre 2013
  • Created by
    Administrator
  • Last modified
    Lundi, 23 Septembre 2013
  • Revised by
    Administrator
  • Voting
    (0 votes)
  • Favourites
    Ajouter aux favoris
  • Categories

Le Parc National du Banc d’Arguin (PNBA) à deux missions essentielles : (i) la conservation des écosystèmes et de la biodiversité ; (ii) l’appui au développement durable et harmonieux de la population Imraguen résidente. Il privilégie la mise en place d’une approche participative visant à créer un cadre favorable à l’implication de l’ensemble des parties prenantes dans la gestion et de gouvernance du PNBA.

Depuis la fin des années 90, le PNBA a mis en place un processus de concertation articulé autour de « Ateliers annuels de concertation ».

En plus, en 2005, le PNBA avec le concours de la FIBA (Projet RARES), le PNBA a appuyé la constitution d’un « Comité villageois de pêche (CVP) ». Ce comité est composée comme suit : des représentants des neuf villages Imraguen (le chef de village, une femme, 2 autres représentants), trois représentants du PNBA (1 RDD, 2 Chefs de Département Opérationnel) et un représentant du Ministère des Pêches et de l’Economie Maritime (MPEM). Les décisions du Comité Villageois de Pêche sont validées dans le cadre d’un atelier annuel de concertation.

En 2013, avec l’appui financier de la GIZ (Projet ProGRN), une structure de cogestion a été mise en place, le « Comité Villageois de Concertation et de Co-Gestion (CVCG) ». Cette structure renferme des représentants des neuf villages Imraguen, des représentants de CSP ((armateurs, charpentiers, femmes transformatrices, transformateurs, pêcheurs à la ligne, mareyeurs, capitaines de lanches, marins pêcheurs de lanches, écoguides), trois représentants du PNBA (1 RDD, 2 Chefs de Département Opérationnel) et un représentant du MPEM.

Le CVCG a des prérogatives plus large (pêcherie, recherche, développement territorial, surveillance, conservation, etc.) que celles qui été attribuées au CVP (uniquement l’aménagement des pêches et des activités connexes).